Partagez | .
 

 { Flashback ; 2 octobre 2002 - ouvert à tous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Minerva McGonagall
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 5
Gallions : 3
Age du personnage : 67 ans

Journal Intime
Liens:
Crédit: Arté

Professeur



MessageSujet: { Flashback ; 2 octobre 2002 - ouvert à tous   Mar 16 Mai - 15:44

Le 2 octobre, c'était un mercredi. Mais pas n'importe quel mercredi, non non. Il y avait des FRITES au menu ! Joie dans les chaumières. … Quoi ? Vous pensiez à quoi, que c'était le mercredi maudit de leur départ en Afrique ? Ah bah … et bien oui, c'était le jour de leur départ involontaire, oui, mais les frites d'abord, il faut avoir des priorités dans la vie m'sieurs dames !
Donc, il y avait des frites dans le menu. Ce qui était bien, ces jours là, c'était que peu d'élèves boudaient le repas du midi, et ceux qui le faisaient avaient en général une très bonne raison de le faire ; un régime, une retenue... bon okay, surtout une retenue, le régime n'inclut jamais les frites, faut pas rêver. Les filles s'étaient donc servies de petites portions, les garçons se battaient pour le plat... d'accord, pas toutes les filles ni tous les garçons, certains savaient se tenir, certaines jetaient des sorts à leurs voisines pour choper leur assiette. On réagit tous différemment face à la « french fries ».
Les professeurs étaient eux aussi, en partie, au château. Une petite cérémonie commémorative au Ministère avait appelé une partie des professeurs de l'Ordre, et les chaises n'étaient donc pas toutes prises. La directrice, bien sur, était assise en tête de table, discutant avec sa jeune confrère Miss Benzhi, pendant que la professeur d'Arithmancie se montrait en spectacle avec sa pyramide de frites qu'elle dévorait voracement.
C'était donc un jour faste, plaisant, avec des élèves de bonne humeur pour la plupart. Il faisait un peu frisquet, l'été avait disparu du château, mais les cours n'avaient pas encore mis fin à l'ambiance de rentrée.
Le parfait moment pour un drame, vous ne trouvez pas ?
À 13h tapantes, alors qu'une partie des élèves commençait à quitter la salle par petits groupes, discutant tranquillement, un grondement sourd se fit entendre, faisant taire toutes les personnes présentes. Les regards d'abord interrogateurs se remplirent de peur en sentant le sol onduler et chauffer sous leurs pieds, puis le château poussa une sorte de gémissement tandis que la poussière accumulée sur les poutres pendant deux millénaires tombait du plafond. La directrice se leva précipitamment, tandis qu'un élève pointait le ciel enchanté qui semblait se transformer en une sorte de vortex.

Quelques secondes de totale immobilité, le temps que les cœurs se remettent à battre normalement, pensant le phénomène fini, et puis, une explosion sembla retentir dans le corps de chaque personne, jetant la plupart au sol avec un cri d'effroi, tandis que l'espace et le temps semblaient se déchirer sous leurs yeux, que tout tournoyait à une vitesse effarante, avant... le silence.
Et puis, le chaos.
Réapparaissant dans un « pop », ne sachant pas encore où ils se trouvaient, les cris retentirent, la panique s'installa, alors que les élèves dans le Hall essayaient de rentrer dans la Grande Salle, et inversement, que les professeurs, encore traumatisés par la guerre, prenaient quelques secondes à réagir, et qu'on entende dans le lointain des fracas et des hurlements qui ne présageaient rien de bon quand à l'état du Chateau.

Bon, il était grave temps de paniquer, vous pensez pas ?

hrp : ce rp a vocation à rester ouvert ad vitam eternam ; il vous permet de placer votre personnage dans poudlard au moment de la catastrophe, et ce, que vous soyez nouvel arrivant ou ancien membre !
si vous souhaitez réagir au rp d'un membre précédent / engager la discussion / une action, vous pouvez ouvrir un rp dans la grande salle (ou ailleurs) avec cette même mention "flashback + date", afin que les péripéties des uns ne rende pas illisible le sujet pour tous Wink (et dans lesquels the book se fera un plaisir d'intervenir What a Face )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Savva Romanov
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://wildhorses.fr-bb.com/
Messages : 55
Gallions : 9
Age du personnage : 15 ans
Maison : Serdaigle

Journal Intime
Liens:
Crédit: Rafel

Serdaigle



MessageSujet: Re: { Flashback ; 2 octobre 2002 - ouvert à tous   Ven 9 Juin - 22:12

Inaugurons, mes bons !

Savva n'aimait pas les journées à frites.
Il aimait les frites, pourtant, le croquant de la pomme de terre sous la dent, le gras qui inonde la langue et le sel en quantités déraisonnables qui vous menait tout droit à l'hypertension. Il aimait ces petits bâtonnets d'amidon à grignoter pensivement, délicieux chauds comme froids et qui se mariaient à merveille à un livre captivant mais point trop sensible aux taches de gras sur ses pages.
Oui, Savva aimait les frites. Là n'était pas le problème.
Le problème était que les autres aussi aimaient les frites et leur apparition à table servait souvent de déclencheur à moult affrontements, hurlements, batailles rangées et chahuts en règle. C'était à qui harponnerait sa pitance dans l'assiette du voisin, siphonnerait la dernière goutte de sauce sous les exhortations et les cris de colère des autres. Le tumulte régnait immanquablement quand des frites apparaissaient sur les longues tablées de la Grande Salle, malgré le calme de certains élèves légèrement plus civilisés et qui savouraient leur plat en silence.
Allez donc poursuivre une discussion ou une lecture dans un tel brouhaha !

Savva, en tous cas, n'y parvenait pas et c'est de guerre lasse qu'il finit par refermer son ouvrage et piocher une frite de plus dans son assiette. Tiède, comme de bien entendu, tant il avait passé de temps le nez immergé dans le livre à présent posé sur ses genoux. A ses côtés, trois de ses amis s'étaient plongés dans une vaste discussion aux relents de botanique et agitaient lesdites frites au bout de leurs fourchettes comme une ponctuation irréfutable à leurs arguments. Le jeune Serdaigle les suivit du regard quelques minutes, silencieux mais intéressé par le débat, avant de se jeter à son tour dans la mêlée.
La passe d'armes dura longtemps, mais les quatre aiglons finirent par en émerger quand il devint évident qu'ils n'argumentaient plus que pour le plaisir de contredire. Savva piocha une deuxième frite dans son assiette. Elle était à présent franchement froide et molle, mais néanmoins agréable sous la dent et il en mâchonna quelques unes de plus tout en parcourant la Grande Salle des yeux. L'immense pièce se vidait peu à peu, comme de coutume sur le coup de treize heures, et comme de coutume il serait parmi les derniers à partir, ayant eu la mauvaise idée de débattre au lieu de s'alimenter.
Quelques belligérants ne s'avouaient pas vaincus, notamment Gryffondors dont certains en étaient arrivés à se lancer les bâtonnets frits ainsi que des fléchettes, s'attirant la colère et le dégoût du Serdaigle qui n'avait jamais compris le plaisir qu'on pouvait éprouver à gaspiller la nourriture. Les Serpentards, eux non plus, n'étaient pas exactement en reste, et les chamailleries allaient bon train sous l'oeil légèrement désabusé et résigné des professeurs qui savaient bien à quel point il était inutile de raisonner les élèves un jour de frites.
Les Français ne sauraient peut-être jamais quel incroyable pouvoir de division leur petite invention jaune aurait pu leur octroyer.

Et Savva, peut-être, n'aurait plus jamais l'occasion de leur en parler car soudain, le sol se mit à vibrer sous ses pieds et une impression étrange le saisit à la gorge, comme la sensation physique d'un orage approchant. Il y avait dans l'air une tension particulière, à laquelle les alentours réagissaient par des ondulations, grondements et une modification majeure du ciel magique.
Ou peut-être était-ce l'environnement qui, en se détricotant ainsi, entraînait cette impression ?
Savva n'eut guère le temps d'y réfléchir plus avant, car une explosion interne et silencieuse le jeta au sol, tremblant, endolori et désorienté au milieu d'autres élèves tremblants, endoloris et désorientés. Dans le tumulte des cris d'effroi, bien différent de celui qui avait précédé, le garçon tentait vainement de rassembler ses idées et de trouver un sens à l'évènement.

Lentement, il finit par se redresser et promener un regard méfiant autour de lui.
Rien n'avait changé, pourtant, sinon la panique qui explosait alentours. Certains, choqués, demeuraient cloués sur place quand d'autres tremblaient de tous leurs membres ou se jetaient dans les bras de leurs amis. Les professeurs étaient demeurés sensiblement à la même place, figés et silencieux devant la foule des élèves en panique. Cris, sanglots, hurlements proches et lointains composaient une atmosphère sonore anxiogène à laquelle nul n'aurait su rester insensible.
Savva enregistra tout cela en une seconde à peine, puis lui revint en bloc un visage, puis un autre, dont il se souciait par dessus tout, plus encore que de ses trois amis qui se relevaient en claquant des dents.
Alors, le jeune Serdaigle se jeta dans la mêlée, se faufilant de profil, écartant les élèves aussi inquiets que lui pour mieux se glisser entre eux, la mine soucieuse et le regard attentif.
Où donc étaient son frère et sa soeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com/
Rafel V. Shafiq
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 398
Gallions : 37
Age du personnage : 17 ans
Maison : Gryffondor

Journal Intime
Liens:
Crédit: youngdesigndiary

Gryffondor



MessageSujet: Re: { Flashback ; 2 octobre 2002 - ouvert à tous   Jeu 15 Juin - 13:13

Rafel avait eu un peu de mal à se lever, ce matin. Le mardi soir, il avait une séance d'astronomie, qui lui plombait ensuite tout son cycle de sommeil, peu habitué dans sa vie à résister au coucher du soleil pour dormir. Il avait du grogné pendant trois minutes entières avant qu'un de ses camarades de dortoir ne prenne pitié de lui, ne lui arrache ses couvertures et le traîne hors du lit, sans céder face à ses coups de pied et ses cris aigus. "Noooooon, lâche moi, c'est mort, abandonnez moi, dites à mes parents que je les aime ! -Shafiq, ta gueule, debout ou j'enchaine avec un Aguamenti." Il était entouré de traîtres, de malandrins, abandonné par les siens. Réveillé néanmoins par la menace et le choc avec le sol froid, il avait réussi à s'habiller et à descendre pour le petit déjeuner, avant de s'endormir en cours d'Histoire sans aucune vergogne. Locklace l'avait bien entendu grillé, et lui avait foutu une retenue pour le soir même, mais ces quinze minutes de sieste lui avait fait le plus grand bien, lui redonnant assez de force pour recommencer à sourire, blaguer et se plaindre avec sa bande de potes, tout en descendant les marches vers la Grande Salle. Il avait vu Fru et Thamien un peu plus tôt, le petit couple studieux de blondinets pressés surement de se trouver un coin tranquille après manger, mais comme un de ses potes avait oublié un bouquin pour l'après-midi, ils étaient en retard pour le repas, comme souvent. L'un des gars râlait, ayant entendu qu'ils servaient des frites, mets de choix s'il en fallait au sein d'une école d'adolescents, et ils dévalaient donc les marches dans un grand brouhaha, suivi par quelques autres retardataires.

Ce ne fut qu'au moment d'entrer dans la salle, en sens inverse des élèves ayant déja fini, qu'une sorte de bourdonnement les cloua sur place. Interloqué, Rafel eut à peine le temps de lancer un "What the fu-" avant que tous les yeux se tournent vers le plafond magique, la déchirure qui semblait s'y dessiner. Cette déchirure, le jeune homme la sentit soudain au plus profond de lui même, et il tituba, s'accrochant à ses amis en tout aussi mauvais état que lui. Il n'entendait plus rien, sinon une immense pression bouchant ses oreilles, et le sol semblait se dédoubler sous lui, mais il ne pouvait rien faire à part s'accrocher. Si certains criaient, c'était comme au bout d'un tunnel, et au bout d'un temps interminable - à ses yeux - la pression sembla disparaître, comme une bulle de savon soudainement éclatée, faisant s'effondrer le groupe d'amis les uns sur les autres dans un concert de grognements.

Le retour à la normale - si c'en était un - enclencha le mécanisme de survie le plus courant de l'espèce humaine, à savoir la fuite, obligeant Rafel à donner des coups de coudes dans la masse de corps cherchant soudainement à partir de la Grande Salle ou à y rentrer. "Stop, bordel, y'a des gens à terre, vous allez leur marcher dessus ! Merlin, pas par là !" Attrapant un gamin par le col, il le ramena contre lui, alors que de la poussière se mettait à tomber du plafond, sous l'effet du choc, ainsi que quelques morceaux de bois, de pierre. Rien de méchant, mais assez pour blesser ceux qui se prendraient une écharde en pleine tête. "Il se passe quoi là ?!" Raf n'avait que des questions à poser, le corps tremblant d'adrénaline, regardant de tous les cotés en espérant voir surgir le danger, être capable de réagir. Il ne savait pas quoi faire, qui aider, s'il fallait fuir ou se regrouper... le gryffondor n'arrivait pas à calmer les battements de son cœur affolé assez longtemps pour réfléchir et participer à quoi que ce soit d'utile.

_________________
- The things we lost in the fire -
I was the match and you were the rock. Maybe we started this fire. We sat apart and watched all we had burned on the pyre. Things we lost to the flames, things we'll never see again. All that we've amassed sits before us, shattered into ash. BASTILLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
M. Maksim Romanov
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 118
Gallions : 13
Age du personnage : 17 ans
Maison : Serpentard

Journal Intime
Liens:
Crédit: gaintkooley, silver lungs

Serpentard



MessageSujet: Re: { Flashback ; 2 octobre 2002 - ouvert à tous   Mer 21 Juin - 14:39

"Archie, bouge tes fesses, on va être en retard" Le blond ne se donna pas la peine de lui répondre, se contentant d'un mouvement de main signifiant très clairement, même sans avoir besoin d'être légilimens, "ouais ouais, c'est bon, ça va, laisse moi tranquille". Le foudroyant du regard, Mika l'attrapa par le col pour le forcer à quitter sa potion, jetant un sort de stase sur celle-ci. Ils auraient le temps avant le début des cours de revenir vérifier que tout allait bien et que rien n'était près d'exploser, mais là, après trois heures de cours et une heure d'expérimentation, le russe avait besoin de se nourrir, de passer du temps à la lumière du jour et de parler à des gens qui ne lui coupaient pas la parole toutes les deux minutes, sans quoi il allait commettre l'irréparable.

Rejoignant sa soeur, lui faisant une bise rapide sur la joue avant de pousser un garçon pour se faire une place à ses cotés à table, le Romanov remplit son assiette sans jeter un seul regard aux autres élèves, préférant se concentrer sur sa faim, laissant Malva discuter avec ses amies et être polie à sa place. C'était elle la plus charmante des deux.

Ce ne fut qu'après avoir englouti une entrecôte - avec style, et décorum, bien sur - qu'il se laissa aller à observer ses voisins, prendre part aux discussions, qui tournaient autour de leur prochain cours de potion et le parchemin à y rendre. Mika était en train de proposer de partager les informations quand il fut assailli par une impression étrange, presque comme si son repas allait réapparaître hors de son estomac, et s'accrochant d'une main à la table, blanc comme un linge, il comprit qu'il n'était pas le seul à être impacté alors que tous les regards autour de lui reflétaient la même panique intérieure. Que se passait-il, encore ?

Avant d'avoir pu parler, la sensation redoubla de violence, et Mika manqua tomber de table, alors qu'il reconnaissait enfin ce qui se passait : ils transplanaient ! Mais c'était impossible ! L'atterissage, si c'en était un, acheva de le déstabiliser, le faisant basculer en arrière sur le sol, grimaçant en s'écorchant les coudes, recevant une troisième année sur les jambes, alors qu'autour de lui tout le monde se mettait à crier. Pas le temps pour lui d'ouvrir la bouche, alors que Malva l'aidait déja à se remettre sur pieds, et qu'ils sortaient leurs baguettes d'un geste commun, cherchant leur petit frère dans la foule grouillante. "Savva, içi !" Heureusement leur frère avait eu la même réaction, et Mika enjamba la table pour l'attraper, heureux pour une fois que les serdaigles et serpentards mangent côte à côte. "T'as rien ?" Avec l'angoisse, Mika parlait en russe à son frère, tout en l’entraînant vers Malva, qui, telle un roc, était déja à l'oeuvre, aidant les autres serpentards à se calmer, en gueulant plus fort que les autres.

_________________
Because cunning is not cowardice,
and ambition is not a sin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: { Flashback ; 2 octobre 2002 - ouvert à tous   

Revenir en haut Aller en bas
 

{ Flashback ; 2 octobre 2002 - ouvert à tous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» ouvert à tous !!!!!
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» 31 octobre : Halloween. Les monstres sont de sortie ... [SOIREE DEGUISEE, OUVERT A TOUS]
» Questions ouvert à tous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Africa :: L'CHATEAU, OUECH :: Salles Spéciales :: Grande Salle-